Partager ce que l’on sait est le meilleur moyen d’apprendre davantage.

Inspiration inc. : un an plus tard

Philippe Richard Bertrand

Associé et chef de la croissance

05 avril 2018


Un an après la sortie de mon livre qui présentait 10 entrepreneurs qui veulent changer le monde à leur façon, je trouvais amusant d’aller voir qu’est-ce qui s’est passé dans la vie de ces entrepreneurs au cours de la dernière année.

Commençons par Dominic Gagnon et l’entreprise Connect&GO. Après avoir gagné des contrats pour les Jeux olympiques en Corée du Sud et le Super Bowl et avoir ouvert un bureau à Paris, l’entreprise continue d’être sur une lancée extraordinaire et mondiale et fait rayonner le Québec à l’international.

Pour Ethan Song de Frank & Oak, malgré les difficultés rencontrées par le commerce de détail et de nombreuses fermetures, l’entreprise a conclut une ronde de financement de 20 millions$ menée par la Caisse de dépôt et placement du Québec afin de poursuivre sa croissance en intégrant l’intelligence artificielle dans son expérience de magasinage. Parfois, le marché niche demeure un bon secteur.

Quant à Mnubo et Frédéric Bastien, l’entreprise poursuit sa lancée planétaire dans l’internet des objets. Chez nous, elle a complété une ronde de financement de 16,5 millions$, à laquelle a participé le Fonds de solidarité FTQ et Investissement Québec, afin d’aider les PME québécoises à adopter l’intelligence artificielle. L’entreprise a par ailleurs pratiquement doublé son nombre d’employés au Québec dans la dernière année.

Pour Étienne Crevier et BiogeniQ, après avoir commercialisé des tests d’ADN pour identifier le traitement le plus efficace pour une personne souffrant d’un TDAH et même d’un cancer, entre autres, il a décidé qu’il était mieux pour la croissance de son entreprise de la vendre au laboratoire Biron, lors d’une transaction qui n’a pas été chiffrée. Biron était alors partenaire de BiogeniQ et Étienne Crevier en est maintenant l’un des directeurs généraux. L’entreprise qui avait donc moins de trois années d’existence s’est fait achetée par l’un des plus grands laboratoires privés au Canada.

Martin-Luc Archambault de AmpMe a pour sa part réussi à conclure une ronde de financement de 10 millions$ afin de poursuivre la croissance de son entreprise. L’entreprise cherche toujours un modèle d’affaires pour générer des revenus, mais semble être sur une bonne lancée quant à l’augmentation des utilisateurs de son application.

Amélie Morency de The FoodRoom, après avoir eu le soutien de 4 des 5 dragons de l’émission Dans l’Oeil du Dragon, a dû se rendre à l’évidence que son modèle d’affaires était difficilement viable et a malheureusement déclaré faillite. Elle demeure une grande guerrière à mes yeux car elle a fait tout ce processus en se tenant droit, avec transparence et dignité. Elle a par ailleurs partagé son expérience lors du dernier FailCamp.

Geneviève Nadeau et son réseau social d’entraide féminine Women In Mind continue à prendre de l’expansion. Elle a récemment décidé de vivre une expérience personnelle et de partir un mois au Pérou avec conjoint et enfants.

Pour ce qui est de B-Temia et Stéphane Bédard, l’entreprise est sur une lancée extraordinaire et a fait un partenariat de plusieurs millions de dollars avec une compagnie taïwanaise qui l’aide à commercialiser son dermosquelette à travers la planète. On voit de plus en plus de ces dermosquelettes en Asie qui sont fabriqués au Québec. C’est donc une percée extraordinaire pour ce produit destiné aux personnes en perte de mobilité.

L’entreprise de Caroline Arnouk, Technologies OPA, poursuit également sa croissance. Caroline est d’ailleurs de plus en plus invitée comme conférencière dans divers événements d’affaires. Il faut comprendre qu’elle oeuvre dans un milieu majoritairement masculin, ce qui n’est pas toujours facile. Avec l’ensemble des grands chantiers de construction à travers le Québec, la solution qu’elle a développé à travers OPA devient indispensable pour mieux gérer la circulation aux abords des nombreux travaux routiers.

Puis, GSOFT avec Simon De Baene est aussi en énorme croissance et constitue un modèle au Québec en termes de culture d’entreprise où les employés peuvent prendre congé à volonté, travailler à l’étranger, et où l’intraprenariat est stimulé, c’est-à-dire que les employés peuvent concevoir des produits et des projets qui deviennent forts pour l’entreprise. GSOFT offre également un voyage à l’étranger à chaque année aux employés, tout ça pour stimuler leur créativité, la culture d’entreprise et l’entraide entre collègues. Il s’agit d’un modèle de la nouvelle économie.

Je suis très fier d’avoir pu collaborer à ce projet il y a un an avec l’aide de CKOI, Kim Rusk et Maxim Trudel.


Autres articles