Partager ce que l’on sait est le meilleur moyen d’apprendre davantage.

Mon retour sur le petit déjeuner gala Les Nouveaux Performants

Philippe Richard Bertrand

Associé et chef de la croissance

16 février 2018


Le 12 février dernier, j’ai eu la chance d’assister à la 33e édition du petit-déjeuner gala Les Nouveaux Performants, qui avait lieu à l’Hôtel Bonaventure. Ce gala est une rencontre privée qui n’est pas annoncée dans les médias. J’ai eu le privilège d’être invité par Marie-Hélène Laramée, directrice des partenariats corporatifs pour la Fondation de l’Hôpital général juif de Montréal.

Les lauréats de cette année étaient : Nathalie Pilon, présidente d’ABB, Pierre-Elliott Levasseur, président de La Presse, et Serge Boulanger, vice-président principal, Centrales nationales d’achats et marques privées chez Métro.

Ce qui m’a frappé lors de ce gala, c’est que les trois lauréats ont systématiquement abordé lors de leur allocution trois enjeux cruciaux pour les entreprises aujourd’hui.

Le premier élément important est la technologie : nous vivons dans une ère où l’intelligence artificielle et la robotique ont complètement transformé le milieu du travail. Les compagnies ayant acquis un retard technologique seront donc nettement touchées parce que la technologie avance de plus en plus rapidement. Celles qui n’ont pas fait ou entamé leur virage numérique sont donc déjà très en retard.

Un autre point que les lauréats ont tous abordé à leur manière est la nécessité pour une entreprise de revoir son modèle d’affaires. Tant ABB que La Presse et Métro ont complètement transformé leur modèle d’affaires au cours des trois dernières années. Il est évident que, pour ces entreprises, la suite logique à leur transformation numérique était absolument d’adapter et de modifier leur modèle d’affaires : Métro a changé son offre de façon importante (les produits qu’elle vend et comment elle les vend), La Presse a introduit La Presse Plus, et ABB possède maintenant des robots de plus en plus intelligents.

Le troisième enjeu qui a été discuté est la nécessité de s’occuper des humains à travers les grandes transformations d’entreprises. La Presse a par exemple formé plus de 85% de sa main-d’œuvre sur les nouveaux outils technologiques développés à l’interne. Les trois lauréats ont parlé de l’importance de prendre soin de ses employés.

En d’autres mots, si on regarde ces entreprises ayant fait un virage extrêmement important dans les dernières années, elles ont toutes misé sur les technologies, ont su adapter leur modèle d’affaires, et elles ont formé, encadré et motivé leurs employés à travers leur transformation.

Cela revient à dire, selon moi, que les entreprises n’ayant pas adapté leur modèle d’affaires vivront des moments difficiles dans les prochaines années. Et je ne parle même pas de celles qui n’ont pas encore entamé leur transformation numérique.

Les trois principales raisons pour lesquelles ces entreprises vivront des difficultés sont que, d’abord, nous sommes dans une ère d’économie numérique, ce qui veut dire qu’il ne suffit plus d’avoir un site internet, nous sommes rendus à la digitalisation. Une entreprise qui a aussi toujours eu l’habitude de faire des actions à court terme sans prévoir de plan stratégique à long terme risque d’être affectée. Puis, faire un virage majeur en entreprise nécessite un leadership organisationnel fort. Un bon leader doit être capable de s’adapter aux différences générationnelles, notamment, et d’amener tout le monde à travailler ensemble de façon harmonieuse.


Autres articles