Partager ce que l’on sait est le meilleur moyen d’apprendre davantage.

La rétroaction entre pairs : solidifiez votre entreprise

Julie Cantin

Associée

10 janvier 2018


Ce n’est un secret pour personne : le monde du travail actuel se transforme rapidement.  Pour survivre, les entreprises doivent s’ouvrir aux changements et à la différence pour se réinventer et, ainsi, sortir du lot et conserver leurs talents.

Dans un tel contexte, la communication est quant à moi la force sur laquelle miser au sein des équipes. En effet, pour réfléchir, partager des idées, les mettre en œuvre, se « challenger », expérimenter, optimiser et donc collaborer, un des éléments clés du succès est la rétroaction (« feedback »). Je m’explique.

Un résumé des études sur le sujet me permet de définir la rétroaction constructive comme une activité qui vise à fournir de l’information à une personne sur ses actions et ses comportements. Essentiellement, la rétroaction constructive adresse des éléments positifs, des éléments négatifs, ou encore, la génération de solutions et de façons d’améliorer les choses. La tendance actuelle que j’observe dans les entreprises est d’encourager la rétroaction dans un contexte d’échange entre un gestionnaire et un employé, et ce, en grande partie dans des situations d’évaluation de rendement. S’il s’agit effectivement d’une technique à privilégier, cet outil puissant gagnerait toutefois à être plus fortement utilisé et son utilisation élargie à tous les collaborateurs.

Une étude publiée par Gallup en 2009 démontre que les employés qui reçoivent une rétroaction positive auront un meilleur niveau d’engagement.  De même, contrairement à ce que l’on pourrait spontanément croire, les employés qui reçoivent de la rétroaction sur leurs faiblesses ou des points de vigilance auront un niveau d’engagement plus élevé que ceux dont les comportements sont ignorés et ne reçoivent pas du tout de rétroaction. Étrange ? Personnellement, j’expliquerais ces résultats par la considération. En effet, le fait qu’une personne de notre entourage prenne de son temps pour nous partager une rétroaction de qualité vient susciter ce sentiment d’être assez important pour être pris en considération, provoquant ainsi un impact positif, d’autant plus si ce dernier est crédible à nos yeux.

En quoi cela contribuera-t-il au succès des entreprises ? Lorsque la rétroaction est valorisée, chacun des membres de l’équipe est proactif sur son engagement en cherchant régulièrement du feedback auprès de ses collaborateurs sur ses actions, sa performance ou sa contribution. De cette manière, chacun contribue à la relation et l’engagement collectif en fournissant régulièrement de la rétroaction à ses pairs. En créant une culture de collaboration basée sur des relations de confiance où ce qui doit être exprimé peut être exprimé, on s’attaque directement à la perte de temps liée aux perceptions, aux fausses croyances et à la peur de déplaire que peuvent générer certains échanges.

Bien sûr, cela requiert de posséder des compétences de communication et une connaissance des règles de base d’une rétroaction constructive de qualité. Dans mon prochain article, je vous partagerai quelques trucs et astuces pour vous préparer à vivre la rétroaction entre pairs.


Autres articles